Afrikadaa n°14
Arts , Nouveautés / 29 novembre 2021

Prix : 30 euros  Devoir de souffler, nous ne serons pas une génération écrasée. Le quatorzième numéro de la revue d’art AFRIKADAA propose une réflexion sur les révoltes silencieuses dans les Antilles, la misère dans les pays français, et les relations entre art et militantisme. À quelles violences aveugles donnent-elles lieu ? Les militants, les artistes et les chercheurs nous apportent leurs réponses guerrières aussi diverses que les mêlées art-militants sont directes et complexes. Les militant.e.s antillo-guyanais.e.s sont-elles les nouveaux artistes du 24ème siècle? L’art prophétise les actions militantes, les militants « donne voix » aux artistes du futur, car nul n’est prophète en son présent. Présentation de la revue afrikadaa: Afrikadaa est une plate-forme, un laboratoire qui intègre la richesse d’une scène artistique émergente dont la production mérite visibilité et réflexion. La revue est un espace curatorial déterritorialisé où artistes et acteurs de la création contemporaine interrogent esthétique et éthique face aux enjeux majeurs de la mondialisation. Parce qu’il est temps de redéfinir les relations entre territoires, idées et mouvements artistiques, Afrikadaa est une revue qui apporte une autre perspective à la scène artistique contemporaine en racontant l’histoire et les trajectoires des communautés d’artistes au-delà des frontières du marché….

Errance – Carnets d’un photographe 2000-2020
Arts , Nouveautés / 25 novembre 2021

par Guillaume Lavit d’Hautefort Prix : 27 euros  En librairie mars 2022 [Bon de souscription disponible ici] Ce livre est un bilan de mon exploration de territoires en « crise » qui se déplie de la France au Soudan du Sud, du Liban à la Tunisie, en passant par les Balkans, Dubaï, l’Allemagne, le Tchad et la Libye, en parfaite indépendance et autonomie. Ils lient l’Histoire, le journalisme et le documentaire. Composé par confrontations et rapprochements, le propre du montage, ces carnets tentent d’exprimer l’inachevable photographique, fait de reprises, de rebours. Sans cesse devoir revenir sur les mêmes lieux parce que l’on n’a pas assez vu et que recommencer, tourner autour, aller voir derrière, permet d’aller à l’essentiel et montrer de nouvelles facettes et, peut-être d’annoncer un projet à venir car réussir n’a pas d’importance. Ce livre s’articule sur quatre chapitres fondateurs (Lueur, Repli, Combats, Traces) et quatre voix amies, éclatantes (Catherine Breillat, Nicolas Hénin, Alain Rey, David Teboul) décrivant ce parcours, entre recherche et désarroi, fait de hasards et de rencontres. Un témoignage qui se voudrait poétique, de l’entre-vu à l’entre-dit, singulier et brut, sur notre histoire contemporaine. Guillaume Lavit d’Hautefort, né en 1974, devient photographe après des études…

La France en 1789 – Entrer en Révolution
Histoire , Université Permanente / 19 novembre 2021

par Pascal Dupuy Prix : 15 euros  Tensions sociales, crises politiques et économiques, transformations culturelles, les tentatives d’explications afin de comprendre le bouleversement révolutionnaire qui a embrasé la France en 1789 sont nombreuses. Dans cette profusion, quelques causes se détachent comme l’impossibilité de l’État, malgré plusieurs tentatives, de transformer en profondeur un ordre social pluriséculaire, une crise économique qui conduit les finances du pays à la banqueroute, une recrudescence accélérée des soulèvements populaires, des blocages structurels qui freinent l’ascension sociale de la bourgeoisie d’affaire ou encore le discrédit de la monarchie et du couple royal qui s’entend jusqu’à Versailles. L’ouvrage revient sur l’ensemble de ces causes et apporte une vision synthétique des origines de la Révolution française. Pascal Dupuy est maître de conférences (université de Rouen Normandie). Ses recherches portent sur la caricature et la gravure satirique européenne à la fin du XVIIIe siècle, sur la Révolution française et sur son impact en Grande-Bretagne, en Irlande et en Europe, à la fin du XVIIIe siècle et au-delà. Dernier livre publié : Le temps des cannibales. La Révolution française vue des îles britanniques (en collaboration avec H. T. Dickinson, Paris, Vendémiaire, 2019).

L’Idiot – Dialogues philosophiques et politiques
Nouveautés , Philosophie / 19 novembre 2021

par Philippe Mengue Prix : 24 euros Être idiot en politique n’est pas forcément un handicap mais plutôt une ressource nécessaire pour retrouver une fraîcheur dans le questionnement. A travers des dialogues philosophiques, des rencontres, des discussions et des expériences dans des milieux socio-culturels variés, le personnage principal de ce récit, depuis un état de détresse où tout lui semble aller à sa perte, retrouve grâce à son idiotie enjouée de nouvelles orientations capables d’atténuer la misère sociale et spirituelle qui est présentement la nôtre, malgré l’abondance des biens et les progrès en tout domaine des technologies nouvelles. « L’Idiot » est un récit littéraire qui retrace le cheminement d’une réflexion politique qui dégage les soubassements affectifs du politique. Depuis le sentiment originaire de la désolation et la communauté sentimentale, l’idiot rencontre le rôle de la haine en politique, découvre les territoires existentiels de la gauche et de la droite, ainsi que les bases paysannes fondatrices de la culture. Sans être retenu par les convenances intellectuelles et politiques, l’idiot fait ironiquement apparaître la folie interne du politique et le démembrement de la démocratie. Il s’achemine vers la découverte de la dualité du monde qui est le nôtre en tant qu’un autre rapport…

Flaubert et Bovary – Un livre sur rien, écrit par personne
Essais , Nouveautés / 19 novembre 2021

par André Scala Prix : 20 euros  Selon Flaubert un style est une force rare, une insurrection immédiate, sans programme, insupportable à tout pouvoir même démocratique. Avec Madame Bovary, la force du style joint le projet d’écrire un livre sur rien à la fameuse impersonnalité de l’auteur. On ne devient pas impersonnel tout seul. Ce livre écrit par personne s’écrit donc avec quelqu’un. Avec qui ? On l’apprend ici : avec le mari d’Emma, Charles Bovary, idiot artiste qu’une longue tradition de lecture a marqué. L’histoire bien connue des Bovary est un livre sur rien, car elle est le mal que l’écrivain s’inocule et par le fait même le diagnostic de la maladie de l’époque, l’illusion de se prendre pour autre que l’on est. Notre temps est-il aussi malade de nos rapports à la fiction ? Tout à changé, demeure l’avertissement de Flaubert : dénoncer ne dérange rien sans la puissance d’une singulière médecine, le style. Né à Paris, études de philosophie, à Vincennes. André Scala a publié des essais à propos de philosophes (Spinoza, Berkeley), d’artistes (Pieter de Hooch, Herman de Vries), du sport (Silences de Federer). Il a aussi écrit le scénario de Les Derniers jours d’Emmanuel Kant…

Égogéographies – par temps de (dé)confinement
Droit et société , Nouveautés / 20 septembre 2021

sous la direction de Sylvain Allemand Prix : 18 euros  Le moins que l’on puisse dire est que le mot « confinement » connote négativement. Comment pourrait-il en être autrement ? L’expérience que nous en avons faite dans le contexte de crise sanitaire provoquée par la Covid-19, a été imposée (fut-ce pour de bons motifs) et vécue douloureusement par beaucoup de ceux qui ne disposaient pas d’un espace domestique adapté. Pourtant, c’est bien à une « libération » de cette notion que l’ouvrage entreprend à travers un recueil de contributions de géographes de différentes spécialités et générations, à qui a été proposé de témoigner de leur expérience des (dé)confinements, au regard de ses incidences sur leur pratique de la discipline (à commencer par l’étude de terrain), leurs concepts et théories (les a-t-elle confortés, enrichis ou, au contraire, remis en question ?). Le lecteur pourra apprécier combien la géographie se révèle diverse jusque dans la manière de rendre compte de cette expérience… Combien, aussi, les géographes paraissent outillés pour poser un regard lucide, voire prospectif, sur cette crise et ses conséquences, en proposer une analyse pertinente même en l’absence apparente de recul suffisant. Avec les contributions de : Antoine Bailly, Boris…

Le monde selon Isidore – La poétique urbaine du balayeur
Essais , Nouveautés / 27 juin 2021

par Patrick Macquaire Prix : 19 euros « Je cherche une voie pour que les gens se sortent de leur misère », dit le balayeur du cimetière.« On jette des choses et des êtres », dit-il.Il rêve d’un monde où la mosaïque saura triompher de la complexité, d’un monde où les éclats qu’il ramasse dans la rue, les morceaux de verre et d’assiettes dont il couvre sa maison sauront triompher du rebut. Il dit la rupture, là, à deux pas de la cité de transit, derrière le cimetière, ces vies confisquées qui témoignent d’une époque qu’il voudrait révolue. Il dit cette pensée qui l’anime, cette voie de travail et de création qu’il pense avoir trouvée.Ce livre est un retour à Chartres, un essai nous dit Hénaff, où le tisser ensemble de Morin, rejoint le don de Marcel Mauss, « un geste cérémoniel, où donner est un geste de provocation, d’appel, un coup qui suscite la réplique », une tentative où s’exprime la philosophie de Saul Alinsky : « L’imagination n’est pas seulement l’énergie qui permet à l’organisateur d’organiser, mais la base de l’efficacité dans l’action et la tactique. » Patrick Macquaire est l’initiateur à Chartres des Rencontres Internationales de Mosaïque,…

Justice expéditive – Une année de chroniques judiciaires en comparutions immédiates
Essais , Nouveautés / 23 mars 2021

par Mathieu Blard Prix : 19 euros Si l’on ne peut pas définir un territoire à son tribunal, il permet au moins de dessiner les grandes lignes des formes de délinquances contre lesquelles celui-ci a décidé de lutter. Et pour cela, une manière de faire justice est toute indiquée : la comparution immédiate. On y juge très vite des « petits » délinquants : trafiquants à la petite semaine, onanistes de bords de route, cogneurs conjugaux « ordinaires », belligérants de combats de coqs en sortie de bars, collectionneurs de flingues, poivrots au volant… Ce livre, c’est un an d’histoires de pauvres hères, de clochards plus ou moins célestes ou de pieds nickelés. Ces « petites affaires », dans lesquelles on rencontre plus de substances psychoactives que de rêves, racontent notre société et la gestion de ses marges. Mathieu Blard est journaliste. Après une alternance de deux ans chez Psychologies, il a été en poste à L’Est Républicain, Vosges Matin, puis Le Courrier Picard, à Beauvais, en charge des faits divers. Il a également publié un premier roman noir, Jeunesses de France, aux éditions Mané Huily. Maître Henri Leclerc est avocat pénaliste, il a été président de la Ligue des…

Claude Simon de l’Image à l’Écriture
Arts , Nouveautés / 23 mars 2021

par Mireille Calle-Gruber et Claire Muchir Prix : 19 euros Ce livre à l’iconographie abondante, accompagne l’exposition du Musée d’Art Moderne de Collioure et présente pour la première fois au public les assemblages de papiers découpés sur paravents ainsi que les collages qui furent exécutés dans les années cinquante par l’écrivain Claude Simon. La découverte est triple. Des éléments biographiques éclairent d’un jour nouveau l’époque (1932-1942) où Claude Simon, artiste-peintre installé à Collioure, connaît les vicissitudes de la guerre d’Espagne, de la seconde guerre mondiale et de la Résistance. Sa pratique spécifique de l’image, qu’elle soit photographie de graffitis et de bois flottés, ou qu’elle soit matière à découpes-montages de couleurs et de formes, fait apparaître les processus d’une poétique de la composition sérielle. Enfin, on assiste à la naissance d’un écrivain dont l’œuvre littéraire exceptionnelle, nourrie de l’ampleur du travail sur l’image et reconnue dès la publication de La Route des Flandres (1960), reçoit en 1985 la consécration du Prix Nobel de littérature. Mireille Calle-Gruber, écrivain, Professeur des Universités à La Sorbonne Nouvelle a publié une trentaine de livres dont la Biographie de Claude Simon Une vie à écrire (Seuil, 2011) et récemment Les comptes du temps – L’archive…

Éjectas – Le hasard est nôtre
Essais / 23 mars 2021

Par André Bouny Prix : 19 euros Un livre insolite. André Bouny longe les rivages humains au cours de trois cahiers distincts, protéiformes. Les titres étonnent, détonent. Récits habités de personnes seules et solitaires, qu’elles fussent célébrissimes ou anonymes : Janis, étoile filante; Marilyn, image de l’image; Abel Solo, ver; Maria, madone de chair; Amélie, veuve Coquelicot; Madame Rosalie, mercière. Puis viennent des brèves sensibles et oniriques : L’estropié est nègre; Vacances; La danseuse de la Terre; Murène, ministre de la Météorologie; Le pêcheur de gros. Des soties modernes, dialoguées, d’un haut comique, parfois crues au sens de burlesque que la belle écriture rend recevables : L’homme au sexe qui parle; Je suis un OGM; L’homme à tête de cochon; Roc-Amadour-sur-Mer; Portes ouvertes en Enfer. Enfin, des écrits magiques et édifiants, apaisés et réparateurs : La rivière; L’arbre; La religion universelle du Temps; Lettre d’un père à sa fille; Lettre d’un père à son fils; À ma crémation. Ces textes de traverse ne sont pas seulement les empreintes de ce que fut la deuxième moitié du siècle dernier, ils la précèdent et vont au-delà : tout y est. Un ouvrage inclassable comme on n’en rencontre jamais. Surprenant ! André Bouny,…