Levalet
Arts / 8 décembre 2018

Par Bernard Vasseur Voici un artiste qui brûle les étapes de la renommée. Il s’appelle Levalet, il a tout juste trente ans, il a commencé son travail plastique il n’y a pas six ans et dispose déjà – quelques soixante-dix expositions plus tard – d’un rayonnement qui va crescendo et d’un public de fidèles qui dépasse les frontières de l’hexagone. Autant de signes qui ne trompent pas : voilà un vrai talent de dessinateur qui fait époque parce qu’il parle d’elle sans en être l’esclave, produit des images qui s’adressent à tous en secouant les certitudes de chacun, invente un art urbain qui squatte les rues pour souligner leur grand défaut d’urbanité. En bref, un singulier cocktail que ce livre présente avec ses photos somptueuses et une analyse qui s’emploie à démêler les fils constituants de son art. A la différence du street art, Levalet ne se sert pas de la rue comme d’une vitrine pour y déposer son œuvre, mais comme d’une matière première qu’il travaille pour en révéler avec une ironie tendre les curiosités, les ambiguïtés, le mal-de-vivre. Il privilégie ainsi souvent les quartiers oubliés ou reprisés comme de vieilles chaussettes, les lieux décriés et meurtris par le temps,…