Le monde selon Isidore – La poétique urbaine du balayeur

27 juin 2021

par Patrick Macquaire

Prix : 19 euros

« Je cherche une voie pour que les gens se sortent de leur misère », dit le balayeur du cimetière.
« On jette des choses et des êtres », dit-il.
Il rêve d’un monde où la mosaïque saura triompher de la complexité, d’un monde où les éclats qu’il ramasse dans la rue, les morceaux de verre et d’assiettes dont il couvre sa maison sauront triompher du rebut. Il dit la rupture, là, à deux pas de la cité de transit, derrière le cimetière, ces vies confisquées qui témoignent d’une époque qu’il voudrait révolue. Il dit cette pensée qui l’anime, cette voie de travail et de création qu’il pense avoir trouvée.
Ce livre est un retour à Chartres, un essai nous dit Hénaff, où le tisser ensemble de Morin, rejoint le don de Marcel Mauss, « un geste cérémoniel, où donner est un geste de provocation, d’appel, un coup qui suscite la réplique », une tentative où s’exprime la philosophie de Saul Alinsky : « L’imagination n’est pas seulement l’énergie qui permet à l’organisateur d’organiser, mais la base de l’efficacité dans l’action et la tactique. »

Patrick Macquaire est l’initiateur à Chartres des Rencontres Internationales de Mosaïque, et des expositions de la chapelle Saint Eman. Éducateur spécialisé, ethnologue, directeur du centre social et de la régie des Haut-de-Chartres de 1989 à 2015, il est l’auteur du Cercle des Homards, Prix du livre insulaire d’Ouessant, Petra 2013, et d’Il quartiere Picassiette, Girasole 2017, traduction italienne d’Un essai de transformation sociale, L’Harmattan [2008] 2018.

[La presse en parle]

Patrick Macquaire a écrit un ouvrage sur Raymond Isidore – L’Écho Républicain